Recherche texte intégral
Contact Numéros utiles Tourisme Agenda Billetterie

  • BLOC MENU RUBRIQUE
  • id_bloc_conf : 218
  • id_bloc_def : 21
  • id_page_def : 10
  • id_page_conf : 9
  • id_xml_zone : 3
  • id_zone_def : 86
  • lang : fr

VALLAURIS 2019 / BIENNALE INTERNATIONALE DE CÉRAMIQUE CONTEMPORAINE

29 juin - 4 novembre 2019 Musée Magnelli, musée de la céramique / Eden / Maison des Quartiers / Espace Grandjean

  • 'BLOC MENU ARTICLE{id_page_conf}{id_page_trad
  • id_bloc_conf : 218
  • id_bloc_def : 21
  • id_page_def : 10
  • id_xml_zone : 3
  • id_zone_def : 86
  • lang : fr

  • BLOC CORPS ARTICLE
  • id_bloc_conf : 210
  • id_bloc_def : 20
  • id_page_def : 10
  • id_page_conf : 9
  • id_xml_zone : 4
  • id_zone_def : 84
  • lang : fr

VALLAURIS 2019 / Biennale Internationale de céramique contemporaine

29 juin - 4 novembre 2019
Musée Magnelli, musée de la céramique / Eden / Maison des Quartiers / Espace Grandjean



Créative, innovante et connectée,VALLAURIS 2019 / Biennale Internationale de céramique contemporaine dévoile les dernières tendances de la création céramique d’aujourd’hui et de demain à travers un parcours d’expositions immersives.

LE CONCOURS

Musée Magnelli, musée de la céramique

Le concours, pilier fondamental et historique de la Biennale, récompensera cette année encore les talents de la céramique de demain. Technicité et excellence seront les dénominateurs communs des créations des artistes sélectionnés par un jury de professionnels prestigieux. Le concours donnera lieu à une grande exposition, offrant une rencontre inédite entre le grand public et les créateurs.

Le Jury

Présidé par le designer et architecte italien Michele De Lucchi, le jury du concours de VALLAURIS 2019, Biennale Internationale de céramique contemporaine est composé de 6 membres :

  • Claude Aïello, Céramiste
  • Frédéric Bodet, Conservateur du Patrimoine et commissaire d’expositions
  • Claudia Casali, Directrice du MIC (Musée International de la Céramique) de Faenza
  • Kristin Mac Kirdy, Céramiste
  • Frédéric Paul, Conservateur au Centre national Georges Pompidou
  • Emmanuel Tibloux, Directeur de l’EnsAD (École nationale supérieure des Arts Décoratifs)
La sélection

Pour cette édition 2019, le Jury a sélectionné des oeuvres d’une exceptionnelle qualité artistique, remarquées pour leur poésie et leur créativité. Formes et éléments sculpturaux, choix artistiques particuliers et implication personnelle des créateurs ont été valorisés. La sélection permet de donner une vision claire et pertinente de la recherche artistique dans le domaine de la céramique contemporaine.

« Nous avons voulu une sélection représentative de la diversité des expressions céramiques actuelles, issues de pays et de cultures diverses. C’est avant tout la qualité de l’expression artistique et conceptuelle qui a motivé notre choix. Nous avons souhaité présenter les oeuvres pour lesquelles la céramique est la valeur fondamentale de la qualité artistique. Qu’elle soit conceptuelle ou formelle, la compréhension de la matière par l’artiste a été notre fil conducteur. Le choix final reposait à la fois sur la maîtrise technique mais bien évidemment aussi sur l’originalité de la création. »
Kristin McKirdy, Céramiste, membre du jury.

JPEG - 253.8 ko
Le concours / la sélection
Les Lauréats

Les créations des artistes sélectionnées seront présentées dans le cadre de la grande exposition du concours au Musée Magnelli, musée de la céramique.
Parmi eux, quatre heureux lauréats récompensés par le Grand Prix de la Ville de Vallauris Golfe-Juan et le Prix des jeunes créateurs.
Les prix seront remis lors de la cérémonie d’ouverture de la Biennale à Vallauris le 28 juin prochain

Le Grand Prix
D’une valeur de 20 000 euros, ce prix historique a déjà été attribué par le passé à de nombreux céramistes de renom comme Michaël Cleff en 2002, Bertozzi et Casoni en 2000 ou encore les Vallauriens Gilbert Portanier en 1982 et Marc Alberghina en 2016.

Le Grand Prix 2019 a été décerné ex-aequo à :

Maria Geszler (Hongrie) avec Planète Rousseau Météorite
Safia Hijos (France) avec ses pièces Emeraude supersonique, Emeraude sonique et Emeraude à feuilles rouges.

Deux femmes, deux générations différentes, deux expressions distinctes mais qui se retrouvent dans un savoir-faire technique affirmé et une sensibilité à la matière. Sans conteste, les objets les plus élégants de la sélection. Dans des voies différentes, les deux artistes s’attachent à mettre en oeuvre toutes les potentialités de la céramique. Elles revisitent la tradition dans une expression contemporaine en explorant chacune un concept hautement poétique.

JPEG - 75.8 ko
Maria Geszler, Planet Rousseau, Meteorite, 2018, Porcelaine, H. 32 x L. 34 x l. 9 cm, Hongrie, "Grand Prix de la Ville de Vallauris 2019" ex-aequo © Emmanuel Valentin
JPEG - 83.3 ko
Safia Hijos, Émeraude supersonique, Émeraude sonique, Émeraude à la feuille rouge, 2018, Grès, 3 éléments : L. 107 x l. 20 x Ep. 11 cm / L. 67 x l. 20 x Ep. 11 cm / L. 38 x l. 18 x Ep. 10 cm, France, "Grand Prix 2019 de la Ville de Vallauris 2019" ex-aequo © Emmanuel Valentin

Le Prix Jeune Créateur
Nouveauté 2019 : partenariat avec la Fondation d’entreprise Martell
Ce prix décerné aux artistes de moins de 35 ans offre aux deux lauréats une résidence à la Fondation d’entreprise Martell à Cognac dont une des missions est de révéler les talents et les savoir-faire d’excellence.

Le Prix Jeune Créateur 2019 a été décerné au duo prometteur :

Baptiste Sévin et Jaïna Ennequin pour leur pièce Vestiges.
Dialoguant avec l’espace et les formes, l’oeuvre Vestiges est à la frontière entre design et sculpture. Elle évoque l’utilitaire au travers de la mise en place d’un paysage. Une pièce qui ne laisse pas indifférent, tant par le travail sur la texture et l’ombre que sur le volume et l’agencement harmonieux des volumes.

JPEG - 51.8 ko
Baptiste Sévin & Jaïna Ennequin, Vestiges, 2018, Faïence chamottée, H. 20 x L. 59 x D. 72 cm, France, "Prix Jeune Créateur 2019" © Emmanuel Valentin

L’ITALIE A L’HONNEUR

En partenariat avec le MIC, Musée international de céramique de Faenza

Depuis 2006, la Biennale invite un pays qu’elle met à l’honneur dans le cadre d’une grande exposition. Cette année, Vallauris a choisi l’Italie pour incarner l’innovation qui anime la créativité et la place importante de la céramique chez notre voisin européen. En mettant en avant l’Italie, Vallauris souhaite donner un coup de projecteur à la modernité avec laquelle l’Italie parvient à allier art, savoir-faire, tradition avec innovation, recherche et performance. L’hommage consacré à la céramique italienne est également celui du prix Faenza, qui a célébré ses 60 éditions en 2018. L’évolution de la sculpture céramique italienne est profondément liée à cet événement qui, au cours des années, a permis l’émergence de nombreux artistes de renom.

Terra Italia

Exposition à l’Eden

Première thématique : l’évolution du caractère figuratif
L’art visuel a toujours été un leitmotiv dans le paysage culturel italien et, ce, dès les années 1930 avec des artistes tels qu’Arturo Martini en sculpture.
À cette époque, la céramique connaît un grand succès grâce notamment à des maîtres comme Martini exposé à la Biennale de Venise. Martini est un des interprètes les plus poétiques en céramique. Il a influencé de nombreux artistes au cours des dernières années jusqu’aux nouvelles générations d’artistes hyperréalistes actuels.

Les artistes présentés dans le cadre de cette première thématique sont : Salvatore Meli, Fausto Melotti, Aligi Sassu, Luigi Ontani, Mimmo Paladino, Guerino Tramonti, Enrico Baj, Ugo Nespolo, Andrea Salvatori, Alessandro Gallo, Paolo Polloniato.

JPEG - 54.8 ko
Alessandro Gallo, Scripta elegans, 2012, grès et technique mixte, h 32 x 36.5 x 25.5 cm, inv. F1577, Collection MIC Faenza

Seconde thématique : l’évolution du matériau
Le travail de Lucio Fontana, autour de 1950, est le point de départ de cette section de l’exposition. La corrida de Lucio Fontana présentée ici montre combien, à travers une « icône classique », l’artiste propose déjà une interprétation à mi-chemin entre l’art figuratif et informel. La thèse de Fontana, selon laquelle le geste vient en soutien à la matière, a influencé le travail de nombreux artistes depuis les années 60 jusqu’à nos jours.

Les artistes présentés dans le cadre de cette seconde thématique sont : Carlo Zauli, Nanni Valentini, Alfonso Leoni, Giacinto Cerone, Alessandro Roma, Nero (Alessandro Neretti), Silvia Celeste Calcagno, Salvatore Arancio et Sissi.

JPEG - 89.3 ko
Lucio Fontana, La corrida, 1953, Faïence, h 7.8 x diam. 47.5cm, inv. 31505, Collection MIC Faenza

Made In Italy Design

Exposition au Musée Magnelli, musée de la céramique

Inviter la création italienne, c’est bien évidemment faire honneur à la fameuse expression, « Made in Italy », gage de qualité indiscutable en design et peu à peu associée également à la céramique. C’est Gio Ponti qui y a travaillé activement. Tout d’abord en faisant entrer la céramique à la Biennale de Monza (devenue Triennale à Milan), puis à travers la revue Domus et en relançant la fabrication de Richard Ginori notamment. Gio Ponti a été un acteur-clé dans la renaissance des usines de céramique industrielle, dans la création d’objets, de revêtements muraux et a exporté ses créations dans le monde entier.

Les artistes présentés dans le cadre de cette section sont : Ettore Sottsass, Matteo Thun, Ambrogio Pozzi, Denis Santachiara, Antonia Campi, Bianco Ghini, Ugo La Pietra, Luisa Bocchietto, Diego Dutto, Franco Raggi, Pietro Gaeta, Marco Ferreri et Mimmo Paladino, Stefano Della Porta, Giuseppe Ducrot.

JPEG - 47.6 ko
Franco Raggi, Cassafette, 2015, Grès émaillé, h 13 x 8.3 x 23 cm, Inv. 32803, Collection MIC Faenza

Lightart de Nicola Boccini

Exposition à la Maison des Quartiers

Boccini est l’enfant terrible de la céramique, le rebelle qui diffuse une énergie innovante, une technologie moderne. Né à Deruta, l’un des centres de la céramique les plus connus et les plus réputés au monde, Boccini y apprend patiemment toutes les techniques et secrets de la tradition céramique. C’est cette connaissance approfondie des notions de base de la céramique qui lui a permis d’expérimenter des champs inexplorés et de se lancer dans une expérience sans précédent de la discipline.
Aujourd’hui, il fait de l’innovation et de la recherche ses domaines de prédilection. Son travail égale celui des plus importants centres d’innovation artistique comme le centre de travail néerlandais EKWC (European Keramik Work Center) notamment.
Nicola Boccini travaille dans un processus constant d’évolution. Un processus de « contamination » comme il aime à le qualifier, qui se construit entre les langues, les techniques et la poésie. Il transforme la céramique en matériau réel du futur, capable de dialoguer avec toutes les formes de l’art et attirant autour de ses projets un public de plus en plus jeune, jusqu’alors éloigné de la céramique.
L’installation Lightart présente un processus innovant que l’artiste a approfondi ces dernières années autour de la lumière. L’installation, réalisée à partir d’un jeu d’interaction entre des panneaux lumineux en porcelaine et un dispositif multimédia, offre une véritable immersion au public. Il est acteur de l’oeuvre, dialogue avec elle, les effets chromatiques de l’oeuvre varient avec sa voix, la palette de couleurs révèle son état d’esprit.
Nicola Boccini propose ainsi une expérience unique, révélant plus que jamais le caractère vivant de la céramique.

JPEG - 44.5 ko
Nicola Boccini, Aura (Pectus Terrae),2015, D. 33 cm et D. 44 cm, Encre de chine, porcelaine et bois, Collection de l’artiste

SINGULARITES EVOCATRICES

L’exposition de céramique 3D D’OLIVIER VAN HERPT à l’espace Grandjean

Un regard nouveau sur la céramique procède de la combinaison entre le savoir-faire du céramiste et la dextérité de l’ingénieur. Une combinaison inédite qui révèle une intelligence technique mise au service de la création par le même auteur. Le designer néerlandais Olivier van Herpt associe une technologie de pointe avec des matériaux naturels pour créer des vases en céramique à la texture complexe. Basé à Eindhoven, il a développé des méthodes pionnières d’impression 3D et de fabrication numérique affinées par des années de recherche et d’expérimentation.

La main est l’outil qui normalement fabrique. Olivier van Herpt déplace de la main à l’outil le lieu de fabrication de l’objet et c’est finalement la vision, le regard qui prendra le relais vers la fabrication de ce qui deviendra à partir de l’ordinateur l’œuvre.

Les œuvres présentées pour Singularités évocatrices, comportent un motif de tissage rappelant le travail artisanal ou bien le motif est obtenu grâce à de très fines couches de céramiques. Elles s’inspirent des contraintes de conception et d’ingénierie du processus d’impression 3D.

Olivier van Herpt expérimente aussi en introduisant des mouvements aléatoires dans les processus automatiques afin de développer des formes plus poétiques, conceptuelles et moins techniques.

L’exposition Singularités évocatrices d’Olivier van Herpt dont le commissariat est assuré par Nathalie Viot, Directrice de la Fondation d’entreprise Martell présente un ensemble de pièces récentes toutes réalisées avec l’imprimante 3D céramique créer par l’artiste. Une partie de cette exposition sera réinstallée à la Fondation d’entreprise Martell en 2020. La Fondation vient d’acquérir une de ses imprimantes et l’artiste réalisa un workshop au moment de son exposition à Cognac

Olivier Van Herpt, Imprimante 3DOlivier Van Herpt, Vase

LE WORKSHOP DE L’ENSCI

Musée Magnelli, musée de la céramique

Le Workshop est une des nouveautés que propose VALLAURIS 2019, Biennale internationale de céramique contemporaine. Pour impulser ce nouveau souffle, la Biennale a invité l’ENSCI (École Nationale Supérieure de Création Industrielle) a un partenariat inédit avec la Ville et ses artistes. L’objectif : favoriser la rencontre et l’échange entre des techniciens, des artisans et des spécialistes de la création en céramique avec les élèves de l’ENSCI. Dans un premier temps, les élèves sont venus visiter la ville, son Musée, ses ateliers, mais aussi rencontrer et échanger avec les acteurs de la profession, des artistes et des galeristes, pour voir et comprendre les différentes techniques de production. Les élèves ont été amenés dans un second temps à expérimenter sur place et à produire des pièces qui seront exposées au public lors de la Biennale.

" Design et artisanat entretiennent, depuis longtemps, des liens étroits. Ce workshop est l’occasion de faire découvrir cette relation à des étudiants en design industriel, plus rodés aux impressions 3D qu’à la main de l’homme qui façonne la terre.
J’ai voulu que ce workshop soit l’occasion de cette découverte, avec un artisan d’exception,
Claude Aïello, qui a une longue histoire avec les designers. D’abord, il y a eu la rencontre humaine, puis la découverte de la maîtrise manuelle, de la subtilité et de la douceur que cela apporte aux formes. L’objet prend forme sous nos yeux et la passion opère. Les étudiants voient leurs esquisses se matérialiser à partir d’une masse de matière informe avec la précision redoutable du tourneur.
Ces deux semaines de travail en immersion ont été l’occasion de produire une vingtaine de pièces. Certaines revisitent les usages, tradition de Vallauris, d’autres jouent sur le changement d’échelle ou la déformation réalisée par la main de l’homme ou l’outil.
C’est une première expérience sur un temps court et cette approche prometteuse laisse à penser que l’ENSCI et Vallauris ont à l’avenir de belles choses à faire ensemble." Jean-François Dingjian

Jean-François Dingjian est designer, et dirige avec Eloi Chafaï, l’agence de design Normal Studio. A l’ENSCI-Les Ateliers, il est directeur d’un atelier de projet. Il a impulsé et encadre le workshop avec les élèves à Vallauris.

Claude Aïello
D’origine italienne est installé à Vallauris depuis 1964, Claude Aïello est spécialisé dans la réalisation de pièces uniques. En 2008, il a reçu le prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la main avec Mathieu Lehanneur. ll encadre et réalise les projets du Workshop à Vallauris pour cette nouvelle édition.

L’ENSCI, une école singulière L’École Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI-Les Ateliers) est la seule école nationale exclusivement consacrée à la création industrielle et au design. Ecole publique, l’ENSCI-Les Ateliers est placée sous la double tutelle des ministères chargés de la Culture et de l’Industrie.

JPEG - 37.9 ko
Workshop, Atelier Claude Aïello, Vallauris © ENSCI
JPEG - 76 ko
Workshop, Atelier Claude Aïello, Vallauris © ENSCI

INFORMATIONS PRATIQUES

Lieux

Musée Magnelli, musée de la Céramique & Eden
Place de la Libération

Maison des Quartiers
12, rue Clément Bel

Espace Grandjean
Avenue du Stade

Horaires des expositions

Du 29 juin au 15 septembre 10h-12h30 / 14h-18h
Du 16 septembre au 4 novembre 10h-12h15 / 14h-17h
Fermé le mardi et le 1er novembre

Tarifs

Billet groupé Musée Magnelli, musée de la céramique / musée national Picasso La Guerre et la Paix / Eden / Espace Grandjean et Maison des Quartiers
Plein tarif : 6 €
Tarif réduit : 3 € (seniors, étudiants, groupes à partir de 10 personnes)
Gratuité : enfants jusqu’à 18 ans inclus, habitants de Vallauris Golfe-Juan, 1er dimanche du mois

VISITES GUIDÉES ET ATELIERS SUR RÉSERVATION

Pour les groupes : contact.tourisme vallauris.fr
Pour les enfants : cloiseau vallauris.fr et schauveau vallauris.fr

Renseignements

T. +33 4 93 64 71 83

Suivez l’actualité de VALLAURIS 2019, Biennale internationnale de céramique contemporaine sur les réseaux sociaux #biennalevallauris2019
Facebook : Biennale Internationale de Vallauris
Instagram / Twitter : @biv_officiel

PARTENAIRES





Cité balnéaire de la Cote d’Azur et Ville aux cent potiers tourisme mairie

Hôtel de Ville - Vallauris
Place Jacques Cavasse
Tél. 04 93 64 24 24

Mairie Annexe - Golfe-Juan
Avenue Aimé Berger
Tél. 04 93 63 86 93


Accueil du site | Plan du site | Mentions légales | Rss Flux RSS
Site officiel de la ville de Vallauris Golfe-Juan © 2019 | Contact