fr en it
Recherche texte intégral
Contact Numéros utiles Tourisme Agenda Billetterie

  • BLOC MENU RUBRIQUE
  • id_bloc_conf : 218
  • id_bloc_def : 21
  • id_page_def : 10
  • id_page_conf : 9
  • id_xml_zone : 3
  • id_zone_def : 86
  • lang : fr

Actualités

  • 'BLOC MENU ARTICLE{id_page_conf}{id_page_trad
  • id_bloc_conf : 218
  • id_bloc_def : 21
  • id_page_def : 10
  • id_xml_zone : 3
  • id_zone_def : 86
  • lang : fr

  • BLOC CORPS ARTICLE
  • id_bloc_conf : 210
  • id_bloc_def : 20
  • id_page_def : 10
  • id_page_conf : 9
  • id_xml_zone : 4
  • id_zone_def : 84
  • lang : fr

MADOURA - Le Monde ou rien

Exposition 5 décembre 2016 - 1er avril 2017

L’exposition Le monde ou rien présente, les œuvres de quatorze artistes à la conscience singulière, engagée au monde et portée par une réelle exigence formelle. Après une première édition à la Circonstance Galerie de Nice, ils ont été invités, à Madoura - Lieu d’art, d’histoire et de création, à explorer poétiquement le postulat situationniste suivant :
« Il ne s’agit pas de mettre la poésie au service de la révolution, mais bien de mettre la révolution au service de la poésie. »


Publié le mercredi 30 novembre 2016.

La possibilité d’un manifeste ?

Manifester, que ce soit de manière traditionnelle et dynamique sous la forme d’une marche revendicative, hurlante ou silencieuse, comme cela se fait habituellement de la place de la république à la Bastille en journée ou debout la nuit, partout en France, reste encore aujourd’hui un acte parfois nécessaire, en tout cas toujours engagé et citoyen.

Dans cet archipel qu’est notre monde contemporain où chaque îlot fonctionne avec ses propres codes, ses propres repères, nous avons de plus en plus de mal à communiquer avec les autres dans une transversalité qui ignorerait les particularismes de chacun. Ces rassemblements de masses ont, au moins, le mérite de révéler une quête profonde. Celle d’une citoyenneté où l’humain et son devenir sont au cœur des préoccupations de tous au-delà des clivages idéologiques qui fragmentent notre société contemporaine.

Dans ces manifestations, nous voyons ces derniers temps des ateliers se former spontanément où l’on aborde collectivement certaines problématiques, certains questionnements. Il y a, là, une sorte de réappropriation du débat et du discours politique par le citoyen. Chacun avec ses propres mots, ses propres formulations, un langage qui n’appartient qu’à lui, tente de créer des convergences.

Cette démarche, ce mouvement semble en contradiction avec la posture figée adoptée, debout la nuit, qui traduit la perte de lien social, l’isolement de tous. Un phénomène évident dans notre société contemporaine dont la rue nous donne des exemples flagrants tous les jours. Cette même posture dit, aussi, l’attente du citoyen face au politique.

L’écoute et le dialogue tardent. Il y a urgence à trouver une réponse à une question que tout le monde se pose : comment recréer du lien, de l’humain et ce, de façon durable ?

Nous estimons qu’il est indispensable de formuler des questionnements qui permettront échanges et prises de parole. Il s’agit de trouver les mots justes afin de construire un discours et un récit communs, basés sur une éthique profondément républicaine et démocratique.

C’est là le sens de notre démarche, le sens de cette exposition.

La question du rôle du citoyen dans ce processus en cours n’a plus de sens aujourd’hui. Il en est, de toute évidence, l’épicentre. La question de la place de l’artiste, elle, doit être posée clairement. Peut-il rester hors du champ des phénomènes, des événements et des possibles ? Il a son rôle à jouer bien sûr, celui d’éveiller au monde mais pas seulement.

Chacun de ceux qui participent à cette exposition exprime, avec son propre vocabulaire et sa sensibilité, les préoccupations qui sont celles de nous tous aujourd’hui et ce désir de dire et de participer, à sa manière.

Nous espérons vivement que cette initiative en incitera d’autres, que cette exposition soit prétexte à un projet plus large et pourquoi pas nomade, dans des lieux intéressés par une telle initiative, avec le soutien de politiques de toutes sensibilités et ouverts au dialogue, avec la participation d’artistes qui auront cette même volonté en commun.

Nous sommes tous concernés, parce qu’en vérité c’est du monde qu’il s’agit, de son devenir et du risque terrifiant et absolu du rien.

Florence Farrugia, Karim Ghelloussi, Yves Peltier, Michel Sajn

MADOURA c’est également

Un lieu unique et exceptionnel où Pablo Picasso est venu travailler dès 1946. Il y a réalisé jusqu’en 1971, près de 3500 céramiques que l’on peut aujourd’hui admirer dans les musées du monde entier. La Poterie MADOURA, magnifiquement préservée, a accueilli également dans les années 50 et 60 bon nombre d’artistes dont Marc Chagall, Victor Brauner, Tsuguharu Foujita ou encore Henri Matisse. Ils y ont été reçus par Suzanne et Georges Ramié. Leurs œuvres céramiques comme celles de leurs hôtes ont marqué à jamais l’histoire de l’art, celle de la céramique et bien sûr l’histoire de la ville de Vallauris, et vous sont présentées dans le cadre de l’exposition permanente.

MADOURA, lieu d’Art, d’Histoire et de Création
Rue Suzanne et Georges Ramié - Vallauris
Du lundi au vendredi, de 10h à 13h et de 14h à 17h - Entrée libre
Renseignements : 04 93 64 41 74


Illustrations




  • BLOC PIED DE PAGE
  • id_bloc_conf : 650
  • id_bloc_def : 16
  • id_page_def : 10
  • id_page_conf : 9
  • id_xml_zone : 6
  • id_zone_def : 85
  • lang : fr